Yves Deloison, journaliste free-lance et écrivain
C'est facile de vivre dans la Manche, beaucoup auraient à gagner à vivre ici !

Devenu journaliste après une reconversion professionnelle, Yves Deloison souhaitait s'installer en province pour privilégier une vraie qualité de vie. Il nous explique pourquoi il a choisi de s'installer à Barneville Carteret, il y a maintenant 8 ans...

Après 12 années en tant que consultant et formateur en reconversion, le métier de journaliste s’est imposé à lui comme une fulgurance. Il écrit pour l’Express, Pleine Vie, l’Etudiant et de nombreux titres nationaux. Ses thèmes de prédilection sont les sujets de société, psycho mais aussi, histoire, tourisme et art de vivre. Après une dizaine d’ années à Paris, ce journaliste avait besoin de plus d’espace pour travailler et recherchait un cadre de vie plus agréable…

 

Comment avez-vous découvert la Manche ?

J’y étais venu petit en vacances puis dans les années 1990/2000.. Je trouvais incroyable que ce département qui me touchait à ce point soit si peu connu. En 2007, j’ai proposé de faire un reportage touristique sur le Cotentin à un magazine pour lequel je travaillais. J’y ai passé quelques jours et j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce fantastique territoire.

Pourquoi avez-vous eu envie de quitter Paris ?

Je travaillais beaucoup chez moi, un appartement parisien donc dans un espace restreint ! Je cherchais plus grand. Avec l’investissement dont je disposais, Paris m’offrait peu de possibilités. J’ai alors envisagé de m’installer en Province…

Pourquoi avoir choisi Barneville-Carteret ?

J’ai regardé la carte de France. Je voulais être en bord de mer mais garder un pied à Paris. Je ne tenais pas forcément à être en ville. Le Cotentin revenait souvent. J’y suis revenu pour une fête chez des amis et c’est là que tout a basculé. L’achat de la maison s’est fait en deux jours !
Finalement le Cotentin c’était une évidence. J’aime sa dimension maritime et rurale. Il y a du passage parce que c’est touristique mais tout en restant calme et à l’abri des embouteillages l’été. Les commerces sont toujours ouverts même en hiver. Ici, L’art de vivre est une dimension qui prend tout son sens. Avec la tradition des marchés, on peut laisser libre cours au plaisir de cuisiner. Chaque jeudi avant de travailler, je commence ma journée en allant au marché . Il y a une importante production alimentaire au niveau local, les pêcheurs qui débarquent tout le temps, beaucoup d’éleveurs et de maraîchers qui cultivent dans les environs.

Comment s’est passée votre intégration ?

Comme il n’y a pas de forte revendication identitaire contrairement à d’autres régions, à aucun moment on ne se sent étranger. Je voyage beaucoup en France et je trouve qu’ici, iI y a de beaucoup de simplicité et de fluidité dans les rapports humains. Les commerçants ont le sens du service. On peut demander un coup de main sans problème.

 

Comment s’organise votre vie professionnelle depuis votre installation dans le Cotentin ?

Mes employeurs sont à Paris donc j’y vis une partie de mon temps. Avec le train, c’est très pratique. La gare de Valognes est à côté. Les 2h40 de trajet me sont utiles pour travailler. Mon organisation est très variable. J’alterne entre des plages de travail dans le Cotentin et à Paris. Ici mon bureau est dans le jardin.

 

Que diriez-vous pour donner envie de vivre dans la Manche ?

Beaucoup auraient à gagner à vivre ici ! On parle souvent de la météo. Elle est changeante mais bien meilleure qu’on ne le dit… A Barneville-Carteret, il y a toujours 3 à 4° d’écart avec Cherbourg. Ici j’adore marcher. Entre le magnifique bocage, les chemins, les villages et le bord de mer… Il y a une vraie richesse côté circuits de randonnées. Et pour ceux qui aiment les sports d’eau, c’est le paradis ! La couleur de l’eau est d’un bleu hallucinant. Il n’y a pas d’embouteillage, le réseau de transports est très développé. Tout semble accessible. C’est facile de vivre dans la Manche !

 

Qu’est-ce qui vous a surpris ici ?

La richesse de la programmation culturelle. Il y a des supers concerts, beaucoup de festivals. Je vois des spectacles à Coutances, Cherbourg, Valognes. Ces salles qui offrent de belles programmations donnent l’impression d’être privilégié. Quand on prête attention à ce qui se passe, on ne s’ennuie jamais.

 

Pouvez-vous me donner un exemple de votre qualité de vie dans la Manche ?

Il m’arrive d’interrompre mon travail et d’enfourcher mon vélo pour aller me baigner parce que la mer est haute.

 

Avez-vous des projets pour les mois qui viennent ?

Oui je travaille sur plusieurs projets de livres. Un d’entre eux réalisé avec une photographe va d’ailleurs évoquer la Manche d’un point de vue historique, Quand la Manche raconte l’histoire de France, De l’Avranchin au Cotentin, 30 sites remarquables à découvrir aux Editions du Cotentin qui produit des beaux livres. Et travailler avec les médias locaux en presse ou en radio me plairait beaucoup.

Filtres

01/04

Vous êtes :

Célibataire

En couple

En famille

02/04

Vous souhaitez vivre :

En bord de mer

À la campagne

En ville

03/04

Vous souhaitez vous installer dans une commune :

04/04

Vous aimez :

La nature

La mer

Le sport

La culture

Votre nouvelle vie dans la Manche :

Partagez le simulateur avec vos amis !