Stéphanie Bedel, directrice artistique

Stéphanie Bedel, directrice artistique

Fatiguée du rythme effréné de la capitale, à la limite du burn-out, Stéphanie Bedel a décidé de quitter Paris pour privilégier une vraie qualité de vie.
Nantes, la Normandie ?... C’est dans la Manche, à Donville-les-Bains que la jeune femme a posé ses valises il y a tout juste un an.

 

Bonjour Stéphanie, d’où venez-vous ?

Je suis née d’un père breton et d’une mère normande et je suis parisienne, originaire de Clermont-Ferrand.


Pourquoi avoir fait le choix de vous installer dans la Manche ?

J’en avais assez de Paris, le rythme, ne profiter de rien, l’insécurité de plus en plus présente… Je voulais partir, gagner en qualité de vie. J’ai d’abord hésité entre Nantes et la Normandie où j’ai de la famille. Et j’ai choisi la Manche. Je connaissais Kairon pour y avoir passé des vacances chez ma grand-mère, et donc je connaissais déjà un peu la côte.


Comment s’est passé ce changement de vie ?

Un an avant de partir, j’ai prévenu l’agence pour laquelle je travaillais. La question du travail était un vrai problème. Puis j’ai décidé de m’installer en free lance. J’ai vendu mon appartement à Paris, acheté une maison à Donville-les-Bains.


Comment vous êtes-vous adaptée ?

Mon fils et moi, on s’est tout de suite adaptés. Je ne pensais pas que cela irait si vite. On est arrivés en été, je pense que c’est la meilleure période pour s’installer ! Nous avons été très vite bien accueillis par nos voisins, de nouveaux manchois également ! Mon fils était très stressé à Paris. Ici il n’est presque jamais malade ! Et il est surtout beaucoup plus épanoui, c’est le jour et la nuit…


Professionnellement, que vous a apporté ce changement ?

J’étais directrice artistique, directrice de création dans une agence parisienne. Je courais tout le temps, je n’avais pas d’horaires.  Aujourd’hui j’alterne entre des périodes de travail intense et des moments plus cool. Je suis appelée régulièrement pour répondre à des « concours ». Je continue de travailler avec des agences essentiellement parisiennes et je garde ainsi mon niveau de salaire. J’aimerais aussi travailler pour des marques régionales, les aider à se développer, travailler sur leur stratégie marketing.
J’organise mon emploi du temps comme je l’entends. Je peux aller chercher mon fils tous les jours à l’école, ce qui n’était pas le cas avant. On vit à 50 mètres de la mer. On peut presque tout faire à pied. Dès que j’ai besoin de me ressourcer, je fais une pause, je vais me baigner, je pars à la pêche à pied, je vais marcher sur la plage ou à la campagne tout près d’ici. Et la créativité est de nouveau stimulée.


Qu’est-ce qui vous a surprise en arrivant dans la Manche ?

Je ne pensais pas qu’il y avait autant de vie culturelle en hiver ! Je connaissais la richesse culturelle en été, mais j’avais peur de m’ennuyer en hiver. Et pas du tout ! C’est surprenant tout ce qu’il se passe ici à Granville ou encore à Agon-Coutainville. Saint-Pair-sur-Mer aussi bouge beaucoup. J’ai également été surprise par la sympathie des gens. Très vite, nous avons été invités à des soirées, nous avons fait des rencontres.


Quels seraient vos arguments pour donner envie de vivre dans la Manche ?

Je dirais… le contact avec la mer, le retour à la nature, ça fait du bien au corps et à l’âme.

Filtres

01/04

Vous êtes :

Célibataire

En couple

En famille

02/04

Vous souhaitez vivre :

En bord de mer

À la campagne

En ville

03/04

Vous souhaitez vous installer dans une commune :

04/04

Vous aimez :

La nature

La mer

Le sport

La culture

Votre nouvelle vie dans la Manche :

Partagez le simulateur avec vos amis !